Catégorie : infos cours

Oil Yoga

Prasarita padottanasana – Oil Yoga

L’Oil Yoga est une technique mise au point par Yogi Trupta, l’un de mes professeurs, alliant auto-massage, respiration et āsana (pratique posturale), et qui vise à détoxifier et purifier l’organisme, notamment le système circulatoire.

Je me suis formée à cette pratique en février 2020 en Inde.

L’auto-massage

L’abhyanga ou le massage du corps à l’huile végétale, est une des spécificités de cette technique.
La pratique commence donc par une vingtaine de minutes dédiées à l’application d’huile sur son propre corps, avec des mouvements suivant un protocole visant à stimuler la circulation et l’action du coeur.
Les huiles communément utilisées sont l’huile de coco et de sésame.

Āsana

Après l’auto-massage, on procède avec la pratique posturale suivant une série spécifique de āsanas (postures), la « raktashuddhi » qui veut dire purification du sang.
Il est conseillé de pratiquer cette série en suivant toujours les mêmes postures pour en tirer un maximum de bienfaits. En effet, la série a été étudiée et mise au point pour spécifiquement viser la purification du sang et du système lymphatique.

Prānāyāma

Équilibrée par une pratique d’exercices du souffle, la séance de pratique de l’Oil Yoga est donc une approche globale et holistique.

Pour qui ?

Cette technique s’adresse à toute personne en bonne santé (en cas de doute, consulter votre médecin) et désirant s’engager dans une pratique qui stimule l’aspect « détox ».

L’auto-massage est à éviter lors des règles. Pendant cette période on peut adapter avec une pratique douce.

Comment ?

Pour pratiquer l’Oil Yoga vous aurez besoin de votre tapis de yoga, mais aussi: d’une serviette antidérapante (de yoga de préférence) de la taille de votre tapis minimum, et d’une serviette plus petite pour vous essuyer les mains et les plantes de pieds après le massage.
On pratique en tenue sportive type shorty et brassière, mais on peut mettre après le massage un t-shirt (qui ne craint pas d’être tâché.)

Pour découvrir

Vous pouvez visionner ci-dessous l’enregistrement de l’entretien réalisé le 17 avril 2021 avec Yogi Trupta où nous parlons plus amplement de l’Oil Yoga.

Pour vous donner un peu le contexte, Trupta a commencé l’enseignement de l’Oil Yoga en 2018, après l’avoir pratiqué pour lui même pendant 10 ans.
Le yoga était présent pour lui dès l’enfance, et, à 14 ans il a intégré un parcours qui l’a emmené jusqu’aux études universitaires de yoga. Il a fondé une école de formation de professeurs en Hatha et Vinyasa Yoga (c’est comme ça que je l’ai connu lors de mon 200h YTT en 2016).

A ce jour il a enseigné le yoga à plus de 5000 élèves issus de plus de 80 pays.

Les ateliers de mai et de juin sont complets. Il y aura peut être une proposition d’ateliers pendant l’été.
J’espère proposer à la rentrée 2021 un cours hebdomadaire à Auch, en présentiel. Vous pouvez m’écrire par mail à emiliana@anantayoga.fr pour plus d’infos.

Les mantras

Gayatri Mantra

En début et en clôture des cours nous chantons 3 fois le mantra OM qui est le son primordial, représentant toute la création, pour lequel j’avais fait cet article. Il est suivi parfois d’un chant qui ne vous dit peut être rien. Il s’agit de chants sacrés, ou mantras.
Il en existe des milliers, et ils sont extraits de textes sacrés comme les Védas. Personnellement j’en connais par coeur moins d’une dizaine et je les choisis en fonction de mon intuition sur le moment.

Cet article n’a pas pour but de vous faire un cours approfondi sur les mantras, mais plutôt de vous aider à comprendre pourquoi on les chante et comment faire si vous voulez les apprendre.

Un mantra est une formule sacrée, une maxime. Formé d’une ou plusieurs syllabes en sanskrit, provenant pour les plus anciens des textes sacrés appelés Véda (3500 ans avant notre ère). Sa vibration (qui peut être audible ou dans l’espace intérieur de la conscience) est capable de transformer l’état vibratoire autour de nous et en nous. D’où l’importance d’une prononciation correcte.

Il faut savoir que les Véda sont des textes « révélés », c’est à dire que des rishis ou sages, ayant atteint un état de conscience particulière et réalisant leur vrai nature, ont pu transmettre, d’abord oralement, ces mots en sanskrit, dont les vibrations sont une expression de la réalité ultime.

Étymologiquement mantra veut dire « l’action de dire une parole secrète ou protégée ». Leur utilisation n’est pas spécifique de l’hindouisme, mais se retrouve aussi dans le Bouddhisme et d’autres traditions en Orient, et même dans certaines branches du Christianisme. Ils sont également très importants dans l’école du Tantra.

Un mantra répété peut canaliser le mental discursif, et on s’en sert dans plusieurs religions. Dans l’hindouisme, il peut être utilisé pour invoquer des divinités, se protéger, enlever les obstacles, atteindre l’illumination, la connaissance, célébrer…

Son pouvoir est lié à l’état d’esprit du récitant. Le son lui-même ayant un pouvoir vibratoire, il n’est pas indispensable d’en connaître la signification, même si celle-ci apporte bien sûr plus de sens à la pratique.
Certains mantras doivent être récités d’une façon précise et suivant la même intonation, rythme et mélodie qui a été transmise depuis l’antiquité. D’autres peuvent se chanter avec différentes mélodies, mais il faut toujours respecter la prononciation et la longueur des syllabes, car on peut autrement altérer le sens.
Il faut distinguer le mantra de chants dévotionnels ou kirtans.

Un mantra peut être d’origine védique, comme So’Hum ou OM. De la même origine mais plus tardif, il peut se référer à une divinité comme Om Namo Narayana.
Un Kirtan est un chant dévotionnel. Et le japa est une répétition dans le but de canaliser l’esprit et méditer.

Il y a certains mantras qui sont populaires dans les cours de yoga car ce sont des invocations pour une lumière spirituelle, la paix, ou simplement pour remercier nos maîtres.

Pourquoi est-ce important?
Dans mon expérience, un cours de yoga n’est pas le même sans le chant en début et en fin de séance. En tant que pratiquante, les mantras me mettent dans un certain état vibratoire qui me rappelle que je ne suis pas là uniquement pour faire de l’exercice, mais pour m’intérioriser et explorer qui je suis.
En tant que professeure, je l’utilise comme une invocation, pour rappeler que ce que je transmets est une tradition millénaire à laquelle je me soumets.

Pourquoi en sanskrit?
Le sanskrit est une langue vibratoire. Chaque son est placé en fonction de sa signification mais aussi de sa force vibratoire. A ce sujet il y a des études démontrant la capacité du OM par exemple à nous intérioriser par sa prononciation et même par son évocation mentale. Donc même quand on ne comprend pas ce que l’on dit, chaque mot agit sur notre organisme et notre entourage.
Il vaut mieux cependant avoir une idée de ce qui est dit. Vous pouvez trouver dans l’onglet ressources plusieurs mantras et leurs traductions.

Est-ce religieux?
Parfois les textes peuvent évoquer Dieu, et « il » peut prendre une énorme quantité de formes passant de Brahma, Shiva, Vishnu, à Ganesha, etc… mais ce ne sont pas des prières. Il s’agit plutôt d’une façon d’évoquer une énergie divine, quelque chose qui nous dépasse et qui est le fondement de la vie elle-même. Mais il n’y a aucun dogmatisme ni discours religieux dans le sens « institution religieuse » du terme. Ce sont des chants sacrés qui visent à éveiller la spiritualité, mais dans le respect de chacun et ses croyances.

Dois-je chanter obligatoirement?
Bien sûr que non. Est laissé à chacun.e le soin d’accompagner ou pas le ou la professeur.e dans le chant des mantras. Mais si c’est par peur du ridicule, sachez que cela n’a jamais aidé personne à avancer. Nous sommes vivant.e.s pour faire des expériences, non?

Call and Response…
La meilleure façon de se familiariser avec un mantra est d’accepter de le chanter en réponse au professeur.e lorsqu’il ou elle le propose.
Par exemple, il ou elle dit: « Om Bhur Bhuva Svah »…. vous, vous n’avez rien compris mais vous répétez avec lui « Om Bhur Bhuva Svah »
Au bout de quelque temps ça rentre tout seul. Vous pouvez aussi lui demander de vous l’écrire ou lui demander comment le trouver. Peut être même il est déja dans les ressources ;).

Om Shanti Shanti Shantih
La plupart de mantras finissent par « Om Shanti Shanti Shantiiii » ce qui veut dire Om Paix Paix Paix. Vous pouvez toujours chanter cela en même temps que le ou la professeur.e qui appréciera votre entrain.

Pour finir, le but de ces chants et de nous éveiller à notre propre nature spirituelle, de soutenir par leurs vibrations notre recherche. Vous êtes seul.e à pouvoir en faire l’expérience, alors faites-là!

Namasté

Quelle est la signification de ce terme ? En Yoga, nous finissons les cours souvent par ce geste, qui littéralement veut dire, je m’incline devant toi. Mais le sens est beaucoup plus profond.
Gandhi a écrit à Einstein sur la signification de Namasté: I honor the place in you where the entire universe resides. I honor the place in you of light, love, truth, peace and wisdom. I honor the place in you where, when you are in that place, and I am in that place, there is only one of us…

C’est à dire « J’honore le lieu en toi où l’univers entier réside. J’honore le lieu en toi de lumière, amour, vérité, paix et sagesse. J’honore le lieu en toi où, lorsque tu es en ce lieu, et je suis dans ce lieu, nous ne faisons qu’un… »

Le mudra, ou le geste des mains jointes devant le coeur, exprime cela. Une salutation d’égal à égal.

Namasté

Yoga Nidra

Le yoga-nidrā nous apprend la relaxation consciente. On cherchera une détente totale du corps, des émotions et de l’esprit, tout en gardant une conscience éveillée. Sa pratique apporte du bien-être, lutte contre le stress et renforce la joie.

« Le yoga-nidrā est une pratique ancestrale provenant des grandes traditions et philosophies de l’Inde issues de l’hindouisme, du bouddhisme et du tantrisme. Cette forme singulière de yoga cherche à conjuguer la relaxation profonde et la conscience attentive afin d’investiguer consciemment les états de veille, de rêves et de sommeil profond, notamment en offrant des moyens pour endormir le corps et le mental en gardant la conscience en alerte. Cette approche très complète, qui a inspiré la sophrologie, permet de vivre des moments de grande tranquillité, de joie et de bien-être, qui permettent de donner à voir et de mieux comprendre, directement en soi-même, certains processus physiologiques, émotionnels et mentaux. »
Yoga-nidrā, la pratique du sommeil conscient – Pierre Bonnasse – Almora spiritualités pratiques

Le terme nidrā veut dire sommeil. Yoga veut dire union. Ainsi lors de la pratique du yoga-nidrā on semble endormi-e, mais la conscience reste éveillée. On fait un retrait des sens pour expérimenter qui nous sommes. On pourra alors tenter de reconnaître ce qui est toujours là, quelque soit la manifestation de notre état, et on pourra travailler sur un lâcher-prise en profondeur. Cela aura une incidence sur notre pratique, notre sommeil, mais aussi sur notre quotidien.

Je propose un cours de yoga-nidrā à Auch, les lundis à 18h45.

Si vous voulez en lire plus, je vous conseille la lecture du livre cité plus haut. Vous pouvez le trouver ou commander par exemple chez votre libraire.

Détox du Printemps

Le corps vit au rythme de la nature. Le printemps est là et on le sent vraiment avec tout notre corps. La température est encore fraîche, il y a de l’humidité.
En Ayurveda, la médecine traditionnelle indienne, cette période est dominée par le dosha Kapha.

C’est une combinaison de terre et d’eau: statique, lourde, humide, dense. Lorsque tout est en ordre, c’est idéal pour prendre le temps, observer et prendre des décisions avisées. On se sent équilibré-e.

En revanche, avec un excès de Kapha on aura tendance à une fatigue, voire léthargie, à de la lourdeur et au manque de motivation, voire à la déprime.

Alors on parle de « détox » pour indiquer une période propre à éliminer les toxines, désencrasser ce qui a été cumulé pendant l’hiver pour pouvoir fleurir et s’ouvrir à la chaleur à venir.

Le nettoyage de printemps ne concerne pas uniquement notre maison (le corps), mais aussi notre esprit.
Physiquement, cela implique adapter son alimentation: fruits et légumes de saison, on évitera les aliments gras et lents à digérer, les sucres (et oui), l’alcool et autres excitants (y compris thé et café), et, comme proposé ici, vous pouvez faire une diète liquide une fois par semaine. Vous pouvez cependant ajouter des épices et du gingembre pour stimuler le feu digestif (Agni).

On peut donc aussi choisir, en plus d’adapter notre alimentation, d’avoir une pratique de yoga qui va aider l’élimination, travailler sur le « feu » intérieur pour brûler les toxines. Egalement on pourra choisir des habitudes (qui peuvent être mentales) dont on veut se débarrasser, et travailler avec la méditation et la respiration pour les laisser partir.

Les bases pour que cette bonne élimination ait lieu sont donc: l’alimentation, une bonne qualité de sommeil et une activité physique = ce qu’on pourrait résumer par une bonne hygiène de vie. Puis s’occuper du stress. Respirer, méditer, prendre du temps pour soi.

Selon l’Ayurveda, les maladies liées à un excès de Kapha sont surtout celles liées aux voies respiratoires, donc pensez à intégrer le Jala Neti dans votre routine quotidienne. Il peut se refléter aussi sur une prise de poids, rétention d’eau ou de la lassitude.

Dans votre routine, il faudrait idéalement:

  • se lever tôt (avec le soleil)
  • se nettoyer le nez en faisant jala neti
  • faire une pratique sportive (du yoga, de la marche, du vélo, de la natation)
  • éviter les siestes (qui aggravent notre cas)
  • se coucher avant 22h si possible
  • adapter son alimentation
  • se faire masser! Soit par un professionnel (Ayurveda, Shiatzu, Médecine Traditionnelle Chinoise), ou en pratiquant de l’auto-massage le matin avant la douche, à sec ou avec une huile adaptée à votre constitution.

Dans la pratique posturale de yoga, les torsions et les ouvertures du coeur sont à l’honneur. Les postures debout sont tenues plus longtemps.
Nous ne sommes pas tous égaux : ce qui sera très bénéfique pour quelqu’un, le sera peut être un peu moins pour vous. Donc comme d’habitude, écoutez-vous, restez en deçà de vos capacités et en revanche persévérez sur le long terme. Vous savez ce qui est bon pour vous! (pas le vous qui vous dit de manger encore un chocolat hein!, l’autre!!!).

Votre pratique posturale:

Au printemps vous pouvez donc avoir une pratique dynamique, avec beaucoup de torsions, des postures débout qui vous mettent en dehors de votre zone de confort. Sans vous forcer, n’hésitez pas à vous « challenger ». C’est le moment aussi de tester le vinyasa, l’ashtanga ou autres yogas « dynamiques ».

Commencez comme toujours par un temps calme, pour vous recentrer. Vous pouvez choisir supta badha konāsana ou allongé-e sur le dos. Faites quelques cycles de respiration yogique complète. Donnez une intention à votre pratique sachant que vous ne serez pas tout à fait la même personne à la fin !

Continuez par quelques étirement des jambes en supta padangustāsana avec une sangle. Jambe vers le plafond, puis traversant le corps vers le côté opposé pour étirer les muscles à l’extérieur de la hanche. Vous pouvez aussi faire d’autres étirements des hanches.

supta padangustasana

Assis-e, faites une petite torsion en tailleur des deux côtés. Frottez vous le corps pour bien réveiller les muscles et les prévenir de ce qui va arriver.

Vous pouvez faire kapalabhati si vous connaissez, 2 ou 3 cycles.

adho mukha svanasana

Commencez à réveiller la colonne à 4 pattes en faisant dos creux/dos rond et enchaînez doucement avec adho mukha svanasana en étirant doucement une jambe  à la fois, faisant des « déhanchés » pour étirer toujours les muscles extérieurs de la hanche.

Vous pouvez pratiquer de 6 à 12 salutations au soleil ou suryanamaskāra suivies d’un court repos au sol. Profitez d’être au sol pour faire des abdos, commencez par faire des rotations des jambes, puis par exemple le corbeau sur le dos (face et côtés). Toute pratique renforçant la sangle abdominale est la bienvenue.

supta bakasana

Revenez vous asseoir et faites encore une torsion en sukhāsana (tailleur).

A partir d’ici vous pouvez combiner à votre goût des enchaînements dynamiques de postures debout. Par exemple adho mukha svanāsana – planche avec un seul pied au sol – genou vers poignet – adho mukha svanāsana

Ou adho mukha svanāsana – planche – chaturanga avec ou sans genoux au sol (des pompes quoi) – planche – adho mukha svanāsana

Incluez ensuite dans votre pratique des postures comme les guerriers, virabhadrāsana I, II, prasarita padottanāsana avec torsion, parsvakonāsana, parivritta parsvakonāsana, parivritta trikonāsana

parivritta parsvakonasana avec genou au sol

Il sera utile d’alterner avec par exemple utkatāsana (la chaise) que vous pouvez pratiquer en version torsion aussi, eka pada rājā kapotāsana (le pigeon), padahastāsana

eka pada raja kapotasana (prep)

Après les postures debout, restez un bon moment en malāsana (accroupi).

Assis-e au sol, pratiquez des torsions comme ardha matsyendrāsana, maricyāsana et vous pouvez ajouter navāsana et gomukhāsana.

ardha matsyendrasana

gomukhasana

Faites ensuite une transition au sol. Couchez vous sur le ventre et respirez la force de la terre. Ressentez l’ancrage et la connexion avec cette énergie qui monte du sol au printemps. Selon ce que vous dit votre corps, vous pouvez ajouter ici des extensions arrière. Commencez par le sphinx, essayez bhujangāsana, urdva mukha svanasana, éventuellement dhanurasana.

sphinx

Revenez en posture de l’enfant, balāsana, et reposez vous. Puis vous pouvez pratiquer yoga mudra āsana.

balasana

Finissez par setubandhāsana (demi-pont) avec les bras vers l’arrière. Si vous êtes à l’aise vous pouvez aussi faire 2 fois cākrāsana (la roue), ou éventuellement un équilibre sur les mains.

Complétez par quelques torsions au sol, à votre goût.

Et ne sautez pas savāsana au moins 8 minutes pour laisser le corps se reposer et tirer le maximum de bienfaits de la séance.

Vous pouvez ensuite faire quelques cycles de nadi shodana sans rétention.

N’hésitez pas à m’en donner des nouvelles!

 

Quelques ressources:
Dans mon site, à droite, plusieurs articles y compris dans les archives, qui peuvent vous aider.

Ayurveda et Yoga et autres pépites:

L’ayurveda: découvrir son dosha pour une meilleure alimentation

https://yogarya.wixsite.com/yoga-lh-lehavre/single-post/2018/03/12/Yoga-Ayurveda-nettoyage-de-printemps

Yoga traditionnel

Ayurveda et saisons: le début du printemps (1)

Yoga enceinte?

Vous vous demandez si faire du yoga pendant la grossesse est pour vous. Voici quelques précisions pour vous aider à faire votre choix.

Bernadette de Gasquet est médecin et professeur de yoga. Elle a mis au point une méthode qui a révolutionné l’obstétrique depuis les années 1980 en donnant une part active au savoir des mères, aux traditions, et aux progrès de la médecine moderne. Elle forme dans ce domaine des sages-femmes mais aussi des professeurs de yoga.

Formée par son Institut, je propose des séances de yoga prénatal complètement adaptées, en cours individuel ou collectif à Auch, dans le Gers.

Ces cours apportent à chaque stade de la grossesse des exercices spécifiques qui aident à soulager au quotidien des petits maux comme les maux de dos, des problèmes digestifs ou circulatoires, des troubles du sommeil. On apprend également à mieux se tenir dans le quotidien: s’assoir, se relever, porter son bébé, se retourner dans le lit…

Le corps subit des changements physiques rapides. Ces changements ont un effet aussi sur le psychisme de la femme enceinte qui vit une période riche en émotions. Les cours de yoga prénataux sont prévus pour se réapproprier le corps de façon sécuritaire, travaillant sur tout le corps avec une attention particulière sur le périnée et le diaphragme. Cela rend les futures mamans plus agiles et mobiles. A travers le souffle, l’on travaille sur une harmonisation globale qui développe le calme et redonne confiance en soi.

Pendant le cours on étire le corps en douceur, on travaille la respiration et on fait des exercices de coordination respiration/mouvement. La séance permet de prendre contact privilégié avec bébé et elle est toujours clôturée par une bonne relaxation. A la fin du cours vous profitez d’un moment convivial où vous pourrez échanger avec d’autres mamans.

On en sort plus gainée, grandie, sereine et dynamisée. On a fait de la place pour le(s) bébé(s) et le moral est au beau fixe. Lorsque la future maman est détendue, bébé en profite également!

Il n’est pas nécessaire d’avoir pratiqué le yoga auparavant pour pratiquer le yoga prénatal et l’on peut pratiquer tout au long de la grossesse à condition d’avoir une grossesse normale.

Des questions? N’hésitez pas à m’appeler pour avoir plus d’informations.

Si vous voulez un aperçu des exercices, voici une vidéo avec le Dr De Gasquet.

En espérant vous rencontrer très prochainement!

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén