Catégorie : présentation

Les mantras

Gayatri Mantra

En début et en clôture des cours nous chantons 3 fois le mantra OM qui est le son primordial, représentant toute la création, pour lequel j’avais fait cet article. Il est suivi parfois d’un chant qui ne vous dit peut être rien. Il s’agit de chants sacrés, ou mantras.
Il en existe des milliers, et ils sont extraits de textes sacrés comme les Védas. Personnellement j’en connais par coeur moins d’une dizaine et je les choisis en fonction de mon intuition sur le moment.

Cet article n’a pas pour but de vous faire un cours approfondi sur les mantras, mais plutôt de vous aider à comprendre pourquoi on les chante et comment faire si vous voulez les apprendre.

Un mantra est une formule sacrée, une maxime. Formé d’une ou plusieurs syllabes en sanskrit, provenant pour les plus anciens des textes sacrés appelés Véda (3500 ans avant notre ère). Sa vibration (qui peut être audible ou dans l’espace intérieur de la conscience) est capable de transformer l’état vibratoire autour de nous et en nous. D’où l’importance d’une prononciation correcte.

Il faut savoir que les Véda sont des textes « révélés », c’est à dire que des rishis ou sages, ayant atteint un état de conscience particulière et réalisant leur vrai nature, ont pu transmettre, d’abord oralement, ces mots en sanskrit, dont les vibrations sont une expression de la réalité ultime.

Étymologiquement mantra veut dire « l’action de dire une parole secrète ou protégée ». Leur utilisation n’est pas spécifique de l’hindouisme, mais se retrouve aussi dans le Bouddhisme et d’autres traditions en Orient, et même dans certaines branches du Christianisme. Ils sont également très importants dans l’école du Tantra.

Un mantra répété peut canaliser le mental discursif, et on s’en sert dans plusieurs religions. Dans l’hindouisme, il peut être utilisé pour invoquer des divinités, se protéger, enlever les obstacles, atteindre l’illumination, la connaissance, célébrer…

Son pouvoir est lié à l’état d’esprit du récitant. Le son lui-même ayant un pouvoir vibratoire, il n’est pas indispensable d’en connaître la signification, même si celle-ci apporte bien sûr plus de sens à la pratique.
Certains mantras doivent être récités d’une façon précise et suivant la même intonation, rythme et mélodie qui a été transmise depuis l’antiquité. D’autres peuvent se chanter avec différentes mélodies, mais il faut toujours respecter la prononciation et la longueur des syllabes, car on peut autrement altérer le sens.
Il faut distinguer le mantra de chants dévotionnels ou kirtans.

Un mantra peut être d’origine védique, comme So’Hum ou OM. De la même origine mais plus tardif, il peut se référer à une divinité comme Om Namo Narayana.
Un Kirtan est un chant dévotionnel. Et le japa est une répétition dans le but de canaliser l’esprit et méditer.

Il y a certains mantras qui sont populaires dans les cours de yoga car ce sont des invocations pour une lumière spirituelle, la paix, ou simplement pour remercier nos maîtres.

Pourquoi est-ce important?
Dans mon expérience, un cours de yoga n’est pas le même sans le chant en début et en fin de séance. En tant que pratiquante, les mantras me mettent dans un certain état vibratoire qui me rappelle que je ne suis pas là uniquement pour faire de l’exercice, mais pour m’intérioriser et explorer qui je suis.
En tant que professeure, je l’utilise comme une invocation, pour rappeler que ce que je transmets est une tradition millénaire à laquelle je me soumets.

Pourquoi en sanskrit?
Le sanskrit est une langue vibratoire. Chaque son est placé en fonction de sa signification mais aussi de sa force vibratoire. A ce sujet il y a des études démontrant la capacité du OM par exemple à nous intérioriser par sa prononciation et même par son évocation mentale. Donc même quand on ne comprend pas ce que l’on dit, chaque mot agit sur notre organisme et notre entourage.
Il vaut mieux cependant avoir une idée de ce qui est dit. Vous pouvez trouver dans l’onglet ressources plusieurs mantras et leurs traductions.

Est-ce religieux?
Parfois les textes peuvent évoquer Dieu, et “il” peut prendre une énorme quantité de formes passant de Brahma, Shiva, Vishnu, à Ganesha, etc… mais ce ne sont pas des prières. Il s’agit plutôt d’une façon d’évoquer une énergie divine, quelque chose qui nous dépasse et qui est le fondement de la vie elle-même. Mais il n’y a aucun dogmatisme ni discours religieux dans le sens “institution religieuse” du terme. Ce sont des chants sacrés qui visent à éveiller la spiritualité, mais dans le respect de chacun et ses croyances.

Dois-je chanter obligatoirement?
Bien sûr que non. Est laissé à chacun.e le soin d’accompagner ou pas le ou la professeur.e dans le chant des mantras. Mais si c’est par peur du ridicule, sachez que cela n’a jamais aidé personne à avancer. Nous sommes vivant.e.s pour faire des expériences, non?

Call and Response…
La meilleure façon de se familiariser avec un mantra est d’accepter de le chanter en réponse au professeur.e lorsqu’il ou elle le propose.
Par exemple, il ou elle dit: “Om Bhur Bhuva Svah”…. vous, vous n’avez rien compris mais vous répétez avec lui “Om Bhur Bhuva Svah”
Au bout de quelque temps ça rentre tout seul. Vous pouvez aussi lui demander de vous l’écrire ou lui demander comment le trouver. Peut être même il est déja dans les ressources ;).

Om Shanti Shanti Shantih
La plupart de mantras finissent par “Om Shanti Shanti Shantiiii” ce qui veut dire Om Paix Paix Paix. Vous pouvez toujours chanter cela en même temps que le ou la professeur.e qui appréciera votre entrain.

Pour finir, le but de ces chants et de nous éveiller à notre propre nature spirituelle, de soutenir par leurs vibrations notre recherche. Vous êtes seul.e à pouvoir en faire l’expérience, alors faites-là!

Yoga Nidra

Le yoga-nidrā nous apprend la relaxation consciente. On cherchera une détente totale du corps, des émotions et de l’esprit, tout en gardant une conscience éveillée. Sa pratique apporte du bien-être, lutte contre le stress et renforce la joie.

“Le yoga-nidrā est une pratique ancestrale provenant des grandes traditions et philosophies de l’Inde issues de l’hindouisme, du bouddhisme et du tantrisme. Cette forme singulière de yoga cherche à conjuguer la relaxation profonde et la conscience attentive afin d’investiguer consciemment les états de veille, de rêves et de sommeil profond, notamment en offrant des moyens pour endormir le corps et le mental en gardant la conscience en alerte. Cette approche très complète, qui a inspiré la sophrologie, permet de vivre des moments de grande tranquillité, de joie et de bien-être, qui permettent de donner à voir et de mieux comprendre, directement en soi-même, certains processus physiologiques, émotionnels et mentaux.”
Yoga-nidrā, la pratique du sommeil conscient – Pierre Bonnasse – Almora spiritualités pratiques

Le terme nidrā veut dire sommeil. Yoga veut dire union. Ainsi lors de la pratique du yoga-nidrā on semble endormi-e, mais la conscience reste éveillée. On fait un retrait des sens pour expérimenter qui nous sommes. On pourra alors tenter de reconnaître ce qui est toujours là, quelque soit la manifestation de notre état, et on pourra travailler sur un lâcher-prise en profondeur. Cela aura une incidence sur notre pratique, notre sommeil, mais aussi sur notre quotidien.

Je propose un cours de yoga-nidrā à Auch, les lundis à 18h45.

Si vous voulez en lire plus, je vous conseille la lecture du livre cité plus haut. Vous pouvez le trouver ou commander par exemple chez votre libraire.

Yoga enceinte?

Vous vous demandez si faire du yoga pendant la grossesse est pour vous. Voici quelques précisions pour vous aider à faire votre choix.

Bernadette de Gasquet est médecin et professeur de yoga. Elle a mis au point une méthode qui a révolutionné l’obstétrique depuis les années 1980 en donnant une part active au savoir des mères, aux traditions, et aux progrès de la médecine moderne. Elle forme dans ce domaine des sages-femmes mais aussi des professeurs de yoga.

Formée par son Institut, je propose des séances de yoga prénatal complètement adaptées, en cours individuel ou collectif à Auch, dans le Gers.

Ces cours apportent à chaque stade de la grossesse des exercices spécifiques qui aident à soulager au quotidien des petits maux comme les maux de dos, des problèmes digestifs ou circulatoires, des troubles du sommeil. On apprend également à mieux se tenir dans le quotidien: s’assoir, se relever, porter son bébé, se retourner dans le lit…

Le corps subit des changements physiques rapides. Ces changements ont un effet aussi sur le psychisme de la femme enceinte qui vit une période riche en émotions. Les cours de yoga prénataux sont prévus pour se réapproprier le corps de façon sécuritaire, travaillant sur tout le corps avec une attention particulière sur le périnée et le diaphragme. Cela rend les futures mamans plus agiles et mobiles. A travers le souffle, l’on travaille sur une harmonisation globale qui développe le calme et redonne confiance en soi.

Pendant le cours on étire le corps en douceur, on travaille la respiration et on fait des exercices de coordination respiration/mouvement. La séance permet de prendre contact privilégié avec bébé et elle est toujours clôturée par une bonne relaxation. A la fin du cours vous profitez d’un moment convivial où vous pourrez échanger avec d’autres mamans.

On en sort plus gainée, grandie, sereine et dynamisée. On a fait de la place pour le(s) bébé(s) et le moral est au beau fixe. Lorsque la future maman est détendue, bébé en profite également!

Il n’est pas nécessaire d’avoir pratiqué le yoga auparavant pour pratiquer le yoga prénatal et l’on peut pratiquer tout au long de la grossesse à condition d’avoir une grossesse normale.

Des questions? N’hésitez pas à m’appeler pour avoir plus d’informations.

Si vous voulez un aperçu des exercices, voici une vidéo avec le Dr De Gasquet.

En espérant vous rencontrer très prochainement!

l’automne est arrivé

Et Winter is coming… dans la nature tout est en changement constant. Nous éprouvons tous les changements des saisons. Depuis quelques jours, les températures ont baissé, les teintes ocre et marron pointent dans les arbres, et, vous avez peut être remarqué chez vous une baisse de vitalité, voire un changement radical dans votre énergie.

C’est normal. Nos corps sont tout aussi sensibles aux saisons que le reste de la nature. Sauf qu’on aimerait continuer d’être et d’agir exactement pareil toute l’année, voire on y est contraints par nos horaires de travail, les exigences du quotidien qui ne font aucun cas des modalités saisonnières.

Le printemps comme l’automne sont deux périodes de transition extrêmement importantes et il ne faut pas négliger son corps pour s’assurer une tenue et une énergie stable dans les mois qui suivent. Heureusement, vous le savez certainement, il y a beaucoup de ressources pour aider à s’adapter aux changements.

Avec une hygiène de vie et une alimentation équilibrée qui privilégie les fruits et légumes de saison, le yoga est une excellente ressource pour affronter cette période particulière. Une période de transformation où l’on se prépare au repos de l’hiver. Selon l’Ayurveda*, les principales caractéristiques de l’automne sont le froid, la mobilité, la sécheresse… Dans le cadre d’un cours de yoga, à travers un choix particulier d’asanas (postures), des exercices de respiration, et une approche en douceur des enchaînements, on peut équilibrer le corps vers plus de chaleur et de stabilité.

Une pratique régulière permet de nourrir le corps et l’esprit sans puiser dans les réserves. Vous pouvez commencer par un cours particulier 😉

 

*médecine holistique d’origine indienne. Considérée comme la mère de toutes les médecines

pourquoi Ananta?

J’ai choisi le mot Ananta (sanskrit) pour diverses raisons. La plus valable à mon sens c’est par intuition. La première fois que je l’ai entendu, lors d’un cours de philosophie, il est resté gravé dans ma mémoire. La sonorité et la vibration de ce mot résonnent vraiment en moi.

Ananta a plusieurs significations en sanskrit. Comme un adjectif c’est l’infini, sans limites, l’expansion constante. Comme nom féminin, c’est la terre, le nombre 1, l’un des noms de Parvati. Il peut désigner aussi le ciel et l’atmosphère.

Comme nom masculin, il désigne la lettre ā, des nombreux noms de Vishnu. Mais désigne aussi, entre autres entités, mon préféré: le serpent cosmique (Ananta Shesha, qui a, lui aussi, plusieurs noms). Ananta Shesha serait ce qui reste lors que tout cesse d’exister, il ne peut pas être détruit car il n’est pas sujet aux transformations de ce monde.

Vishnu donc se repose sur ce serpent (qui a 5, 7 ou 1000 têtes selon les sources) entre deux ères de la création. Pendant qu’il dort, un lotus sort de son nombril qui donne naissance à Brahma qui va créer le monde. Puis Vishnu s’éveille et contemple cette nouvelle création.

Ce mythe donne naissance à une posture de yoga: anantāsana. B.K.S. Iyengar nous dit qu’une statue de Vishnu dans cette posture de contemplation se trouve dans un temple en Inde du Sud dédié à Ananta Padmanabha. Outre la photo à la Une de ce post, la forme la plus répandue est avec la jambe perpendiculaire au sol.

anantasana neuf

Selon un autre mythe trouvé ici, Ananta en tant que serpent cosmique a épié Parvati pendant que Shiva lui apprenait le yoga. Alors pour le punir d’avoir écouté en cachette, Shiva le “condamne” à transmettre le yoga aux humains. C’est pour cela qu’il prend la forme de Patañjali qui a codifié les Yoga Sutras.

J’aime comme le sanskrit ne permet pas de réduire un mot à un sens unique, mais propose toujours des gammes et des facettes qui parfois n’ont même rien à voir en apparence. Et je trouve que c’est une belle façon de se représenter le monde.

Si je devais résumer pourquoi j’ai choisi Ananta, je pense que c’est cette idée de ce qui reste une fois qu’on s’est débarrassés de tout ce qui fait obstacle dans notre vie. Je trouve que cela fait écho dans la recherche de “qui suis-je”. Même si elle doit passer par une observation attentive, la clé n’est pas dans le cumul de nouvelles connaissances, mais au contraire comme pour un oignon, dans le dépouillement des couches superposées.

est-ce que le hatha yoga est fait pour moi?

Le “yoga” est très vaste et mérite une étude approfondie sous tous ses aspects, mais on peut dire que le mot yoga signifie lier, unir, concentrer son attention, union, communion. On peut donc penser le yoga comme l’union du corps et de l’esprit, mais aussi du corps, de l’esprit, et de l’univers.

Le yoga est l’un des systèmes de la philosophie hindoue. Ses lignes ont été compilées par Patañjali au IIe siècle av. J.-C. comme une méthode pour atteindre la libération spirituelle. La forme “hatha” daterait plutôt du XIIe siècle et met l’accent sur l’union des opposés. Elle fait partie du Rāja yoga ou yoga “royal”.

En occident, globalement le hatha yoga est conçu comme à la fois une pratique des asana (postures), mais aussi d’exercices de respiration prāṇayāma et de méditation, dans le but de mieux gérer le stress, de se ressourcer, et aussi d’entretenir son corps.

En pratique, dans un cours d’une heure et demi, vous aurez une large majorité du temps consacré à la pratique des asana (postures). Beaucoup dépend du professeur, mais aussi du lieu, du temps, de votre état d’esprit au moment de la pratique, alors pour savoir si un cours de yoga est fait pour vous, il faut essayer! et plutôt plusieurs fois qu’une.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén